Un peu de mes états d’âme ce matin…

Un peu de mes états d’âme ce matin… - Sam Affleck

La semaine dernière, je revenais de me faire faire mon epilation laser à Brossard, quand ma fille Léa, m’a envoyé un message texte pour me dire qu’elle avait trouvé son appartement en ville. On ne souhaitait pas qu’elle quitte le domicile familial si tôt, mais elle et son amie Nancy, souhaitaient vivre à Montréal, pour être plus près de l’Université qu’elles fréquentent toutes les deux. J’aurais aimé qu’elle attende encore un an ou deux pour le faire, mais je ne pouvais pas vraiment la retenir non plus, j’ai moi-même quitté le nid familial à 18 ans. Je les ai accompagnés pour signer le bail et je n’ai pas vraiment aimé le secteur où elles habiteront. C’est en plein cœur du quartier Hochelaga-Maisonneuve. Heureusement, le logement semble avoir été bien entretenu et n’était pas insalubre. Mais, il y a peu d’espaces verts, beaucoup de fast-foods, de dépanneurs et pas l’ombre d’une fruiterie. Ça ne me rassure pas du tout de les savoir dans ce coin de la ville. Où feront-elles leur épicerie ? Comme elles n’ont même pas d’auto, j’ai l’impression que ce sera au Dollorama ou au dépanneur. Je suis découragée par les inégalités sociales flagrantes. J’ai lu qu’il y a des endroits de Montréal où l’on en vit pas plus vieux qu’au Sri Lanka ou en Lituanie. Et le gouvernement ne cesse de faire des compressions qui fragilisent la santé des populations vulnérables. C’est aberrant et tellement triste. Bon, je ne peux pas sauver le monde, mais ce qui est sûr et certain, c’est que je vais passer souvent ici pour déposer des sacs d’épiceries décentes. Il faut bien couper le cordon un jour… Mais je préfère en garder un p’tit bout quand même !